Le marché de la robotique a été en plein essor au cours des dernières années. En 2009, le domaine de la robotique des services a généré 2,3 milliards de dollars de recettes; En 2016, 17 milliards! La robotique médicale, qui comprend la chirurgie robotique, représente près de la moitié de ce marché. Estimé à 3,2 milliards de dollars en 2012, ses revenus annuels devraient augmenter de 20% par année, atteignant 19 milliards de dollars d’ici 2019. Il n’est pas surprenant que seulement 5 fabricants dominent 75% du marché de la chirurgie robotique. C’est un défi majeur pour le développement futur du marché. Mais à mesure que les technologies évoluent et que les coûts de production diminuent, il existe un potentiel sans fin d’innovation dans ce domaine futuriste.

Le dilemme: Homme versus Robot?

Bien que les robots ne remplacent jamais complètement les mains des humains, ils ont des avantages évidents pour les chirurgiens. Une fois qu’ils sont formés de manière appropriée sur le dispositif robotique, les chirurgiens peuvent effectuer des procédures dans les 2 ou 3 heures par rapport à 7 à 9 heures avec une chirurgie traditionnelle. Les dispositifs robotiques offrent également un avantage que les mains humaines n’ont tout simplement pas: elles ne se fatiguent pas et leurs « mains » ne tremblent pas. Cela se traduit par des erreurs réduites et une procédure chirurgicale plus précise.

Les inconvénients évidents des appareils robotiques sont les coûts. Les robots chirurgicaux peuvent coûter plus d’un million de dollars, ce qui signifie que seules quelques grandes institutions chanceuses peuvent se le permettre. La plupart des petits hôpitaux n’ont tout simplement pas le budget pour se permettre une technologie de haute technologie, ni la base de patients pour justifier des dépenses aussi coûteuses.

La montée de la robotique

La chirurgie robotique est née il y a près de trois décennies. La première intervention chirurgicale assistée par robot s’est produite en 1985 lorsque le bras chirurgical robotique PUMA 560 a été utilisé dans une biopsie neurochirurgicale délicate. En 1990, l’AESOP est devenu le premier système approuvé par la Food and Drug Administration (FDA) pour sa procédure chirurgicale endoscopique. En 2000, le système de chirurgie de Da Vinci, de Intuitive Surgical, est devenu le premier système de chirurgie robotique approuvé par la FDA pour la chirurgie laparoscopique générale … et pour l’instant, Da Vinci est l’étoile brillante du marché de la chirurgie robotique.

L’invasion robotique

À mesure que de nouvelles applications sont développées, les robots envahissent rapidement la suite chirurgicale. En 2000, il n’y avait que 15 appareils aux États-Unis: aujourd’hui, il y a plus de 3500 robots partout dans le monde, dont 104 sont situés en France!

« Les dispositifs médicaux robotiques sont un atout majeur pour les hôpitaux. » – Pf Hubert

De loin, la gynécologie et l’urologie sont les applications cliniques les plus populaires pour la chirurgie robotique en ce moment. Aux États-Unis seulement, les robots chirurgicaux effectuent des hystérectomies minimalement invasives depuis des années. Pour certains patients, cette procédure antérieurement débilitante peut se faire par trois ou quatre petites incisions dans l’abdomen. En utilisant les « bras » agiles du robot et son moniteur 3D / HD, le chirurgien peut orchestrer toute la procédure à partir d’un panneau d’ordinateur, en fin de compte, disséquer et éliminer l’utérus (ainsi que les trompes de Fallope et les ovaires, le cas échéant) grâce aux petites incisions.

Dans le domaine de l’urologie, les robots sont principalement utilisés pour effectuer une néphrectomie, une prostatectomie et une cystectomie assistée par laparoscopie, avec l’avantage d’une résection plus complète qui supprime le nerf délicat et le tissu musculaire. Dans le cas de la cystéctomie pour traiter le cancer de la vessie, la chirurgie assistée par robotique a été félicitée pour sa capacité à minimiser la quantité de tissu cancéreux laissé derrière. À mesure que le champ de la chirurgie mini-invasive augmente, les applications cliniques vont également augmenter. D’autres applications robotiques sont actuellement en cours de développement pour la chirurgie du tube digestif, la cavité thoracique (pour lobectomie) et le tractus oropharyngé (pour l’élimination du cancer de la langue).

«La formation est essentielle pour les chirurgiens qui souhaitent maîtriser les dispositifs robotiques». – Pf Hubert

Une autre tendance de la robotique? Pour aller plus petit! Les scientifiques concevent des micro-robots plus petits et supérieurs (moins de 1 mm) ou des nano-robots (moins de 1 micromètre) spécialement pour une chirurgie mini-invasive. En raison de leur petite taille, ils sont potentiellement très peu coûteux et pourraient être utilisés en grand nombre (appelés «robotis en essaim») pour explorer des environnements trop petits ou trop dangereux pour les personnes ou des robots plus gros. Dans un avenir proche, nous pouvons voir des nanorobots errant dans le tube digestif en prenant des photos ou, pourquoi pas, en grattant la plaque des artères!

Homme versus Robot: Comment maîtriser la chirurgie robotique?

Les robots ne sont intelligents que leurs utilisateurs. Pour être efficace à 100%, les chirurgiens doivent apprendre à manipuler correctement les dispositifs médicaux robotiques afin qu’ils deviennent comme une extension naturelle de leurs propres mains. Pour atteindre ce niveau d’expertise, les chirurgiens doivent s’entraîner de façon répétitive avec l’appareil afin qu’ils se sentent à l’aise et confiants. Inscrivez-vous avec Invivox gratuitement en chirurgie robotique. Quelle que soit la chirurgie robotique dans votre avenir, ou vous envisagez d’en acquérir une maintenant, il est essentiel d’être préparé. Les robots ne sont plus simplement une vision de livres et de films de science-fiction.

Les prochaines formations d’Invivox

Publié par Ranim Chaban

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *